BOERHAVIA DIFFUSA

BOERHAVIA-DIFFUSA

Wolof : Omi gelem

Le genre Boerhavia, de la famille des Nyctaginacées, compte six espèces Boerhavia diffusa et
Boerhavia repens étant les plus connues par les Tradipraticiens et, parfois, confondus
par la population.

Boerhavia diffusa L. est une plante caractérisée par ses cotylédons et ses feuilles opposées de taille différente. Elle est très commune autour des villages, dans les terrains vides
et jardins des grandes villes.
Les feuilles sont ovales à bords ondulés et presque charnus.
Les fleurs de couleur rouge vif à violet sont assemblées en cymes lâches, très ramifiées. Elles ne mesurent pas plus d’un millimètre de diamètre et sont regroupées en petits groupes de 2 à 5 fleurs, à l'extrémité d'une inflorescence lâche très ramifiée.
Le fruit est une capsule de 4 mm de long comprenant 3 à 5 côtes longitudinales et pourvue de petits poils glanduleux.

Cette espèce rudérale se développe très bien sur les sols riches en azote, humides et surtout bien ensoleillés. On la trouve surtout sur le bord des chemins, à la lisière des champs ou dans les parcelles de maraîchage. Elle est également présente en zone urbaine et péri-urbaine
C’est une plante qui est très gênante en culture maraîchère.

Les Cotylédons sont caractérisés par leur différence de taille. Ils sont pétiolés avec un limbe orbiculaire finement pubescent. L’un mesure 5 mm de diamètre, tandis que l’autre mesure 7 mm de diamètre.

Les premières feuilles sont simples et opposées. Elles sont distinctement pétiolées. Le limbe est ovale à orbiculaire à marge ondulée. Pour chaque paire de feuilles, l'une d'entre elles est plus développée que l'autre. D'un entre-noeud à l'autre, la position de la grande feuille change.


La racine est pivotante.

La tige est pleine et cylindrique. Elle est couverte d’une fine pubescence parsemée de quelques longs poils. Elle est souvent teintée de pourpre.

Les Feuilles sont simples et opposées. Chaque paire de feuilles présente la particularité d’avoir une grande feuille opposée à une plus petite feuille. La position de la grande feuille change à chaque paire. Elles sont portées par un pétiole large et plat. Le limbe est ovale à orbiculaire, long de 2 à 5 cm. La base est en coin large et le sommet est arrondi. La marge est ondulée. Les 2 faces sont pratiquement glabres, d’aspect presque charnu, présentant seulement quelques longs poils le long de la marge et des nervures. Le limbe est parcouru par 4 ou 5 nervures latérales arquées, bien visibles.

Les fleurs sont assemblées en cymes axillaires et terminales pouvant être très lâches et très ramifiées. Au sommet des axes de la cyme, les fleurs sont regroupées en petits glomérules de 2 à 5 fleurs. Celles-ci sont petites et mesurent 4 mm de long et 1 mm de diamètre. A la base de la fleur se trouvent 2 bractées foliacées linéaires longues de 2 mm, au sommet aigu. Le calice est tubulaire et formé de 2 parties. La partie basse est un tube côtelé glanduleux renfermant l'ovaire. La partie haute est un tube se terminant par 5 lobes arrondis ressemblant à des pétales. Cette partie est de couleur rouge vif à violette. La corolle est absente. Les étamines sont au nombre de 3 à 5, fixées à la base de la partie pétaloïde du calice. L’ovaire ne comporte qu’une seule loge. Le style arrive au sommet du calice pétaloïde.

 Le fruit est une capsule indéhiscente de 4 mm de long, formée par la partie base du calice qui se referme au sommet lorsque la partie supérieure, pétaloïde, tombe après fécondation. Le fruit est obovoïde comprenant 3 à 5 côtes longitudinales couvertes de poils glanduleux. Il ne contient qu’une seule graine.

 La graine est obovoïde, longue de 2 mm et large de 1 mm. Elle est côtelée dorsalement et présente un large sillon ventral.


Utilisation : La plante est surtout utilisée comme anti-ictérique surtout dans l'hépatite virale, et pour traiter les panaris et plaies infectées.
Elle est très efficace comme préventive et curative de la fièvre porcine africaine. Les feuilles et les tiges sont utilisées comme diurétique, anti-ictérique, et le jus dans les conjonctivites purulentes, les panaris et les plaies infectées.

12 votes. Moyenne 2.58 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×