Diabete

 

 Le Diabète

 

Le sang contient normalement du glucose. Ce dernier, apporté par l’organisme par l’absorption intestinale après la digestion des glucides alimentaires, est utilisé comme source préférentielle d’énergie par les cellules de l’organisme. Chez un sujet sain, la teneur en glucose du sang (ou glycémie) est relativement constante et égale à environ 1 gramme par litre (entre 0,85 et 1,15)

L’organe de stockage : le foie

Les conséquences de l’ablation du foie :
Un animal ayant subi l’ablation du foie, ne peut survivre que quelques heures pendant lesquelles on observe une chute progressive de la glycémie jusqu’à des valeurs provoquant des convulsions, le coma, puis la mort.
La perfusion d’une solution glucosée accorde à l’animal quelques heures supplémentaires de survie ; l’hypoglycémie est donc bien la cause directe de la mort de l’animal perfusé. Par conséquent, en absence de foie, l’animal meurt car il est devenu incapable de maintenir sa glycémie à une valeur constante et normale.

Conclusion : Le pancréas est un organe hypoglycémiant et intervient dans la digestion.
 
la fonction glycogénique du foie

Claude Bernard a découvert grâce à des expériences de dosage du glucose sanguin et à l’expérience dite « foie lavé », que le fois est capable de pallier, en sécrétant du glucose, l’absence d’un apport alimentaire de cette substance.
Cette fonction du foie qui consiste à produire du glucose et à le livrer dans la circulation sanguine est la «fonction glycogénique ».
Le glucose provient de l’hydrolyse d’une substance qui représente sa force de stockage, le glycogène.Plus tard Pavlov a précisé que le foie est le seul organe capable de restituer le glucose. Une autre capacité remarquable du foie est de pouvoir synthétiser du glucose, au cours d’un jeûne de longue durée, lorsque sa réserve de glycogène est épuisée.B°)

L’équilibre entre les apports alimentaires et la consommation

Le foie est un organe fondamental dans la régulation de la glycémie :Au cours d’un repas sucré, il y a tendance à l’hyperglycémie : il stocke alors le glucose sous forme de glycogène : c’est la glycogénogenèse. En période de jeûne ou d’effort musculaire, il y a tendance à l’hypoglycémie : il restitue alors le glucose à partir du glycogène : c’est la glycogénolyse. NB : La quantité de glycogène que peut fixer le foie est limitée. L’excès de glucose sanguin est alors accumulé sous forme de glycogène dans les muscles ou stocké, après transformation en lipides, dans les graisses du tissu adipeux.
La constance de la glycémie résulte d’un équilibre entre les variations possibles de la consommation cellulaire et des différentes formes de stockage. Ce système s’établit à partir de deux systèmes antagonistes :

un système hypoglycémiant : stimulation de la mise en réserve du glucose et baisse de la glycémie.

un système hyperglycémiant : stimulation de la libération du glucose et augmentation de la glycémie.

Les différents types de diabète         

Le pancréas agit sur la glycémie en sécrétant dans le sang une hormone appelée insuline qui agit sur le fonctionnement de tissus organiques. Cette insuline véhiculée par le sang agit :au niveau du foie : l’insuline stimule la transformation du glucose en glycogène au niveau des muscles : elle stimule la glycogénogenèse et la glycolyse au niveau des cellules utilisatrices de glucose : l’insuline augmente la perméabilité membranaire au glucose favorisant ainsi sa perméabilité. 

Le diabète insulino-dépendant: ou de Type I

Ce type de diabète s’accompagne d’une soif intense, d’une miction fréquente, d’une fatigue presque permanente, d’une perte de poids significative,et, d’une faim exagérée. Son début est brutal.
Le diabète insulino-résistant
: ou de Type II

On l’appelle aussi diabète gras ou encore de l’âge mûr. Il y a hyperglycémie mais pas toujours glucosurie. Ce diabète présente avec le diabète maigre deux différences essentielles :Les injections d’insuline n’améliorent pas le diabète, Les îlots de Langerhans sont intacts et sécrètent normalement de l’hormone. Les causes doivent être cherchées ailleurs :dénaturation ou activation de l’insuline par une substance dans le sang, altération des récepteurs insuliniques ou diminution de leur nombre sur les cellules cibles, défaut de la transmission du message insulinique au niveau de la cellule cible, anomalie du métabolisme du glucose.

 Les symptômes : Le diabète gestationnel

Son apparition est très lente, sa phase de latence tournerait autour de 1Oans. Ce type de diabète se reconnaît par une soif intense, une miction fréquente, une faim exagérée, une vision trouble, des infections fréquentes, une guérison lente des coupures et des plaies.

 L’insuline produite par le pancréas a pour rôle de réguler le taux de sucre dans le sang.
Dans certaines grossesses, les hormones sécrétées par le placenta perturbent la capacité du corps à utiliser l’insuline. Habituellement lors d’une grossesse, le pancréas augmente la fabrication et la production d’insuline pour maintenir la glycémie à un niveau normal.
Cependant, lorsque cette insuline additionnelle n’est pas sécrétée par le pancréas chez certaines femmes enceintes, il y a apparition d’un diabète dit gestationnel.

Les facteurs favorisants

  - les facteurs héréditaires : lorsque l’un des parents est atteint de diabète
  - l’obésité 
  - le stress prolongé
  - l’infection virale ou la prise de certains médicaments
  - l’affection pancréatique surtout par l’alcool
  - l’hypertension artérielle plus souvent pour le diabète gestationnel     

Le diabète entraîne un rétrécissement des petits vaisseaux sanguins (capillaires) dans l’ensemble du corps : plus le taux de sucre dans le sang est élevé, plus les capillaires se rétrécissent, les vaisseaux véhiculent moins de sang ce qui compromet la circulation.
Les troubles circulatoires déclenchent à leur tour d’autres complications liées à un diabète mal géré: maladie rénale, cicatrisation très lente et trouble des pied et de la vue.
Le diabète modifie également l
e métabolisme des matières grasses, augmentant le risque d’accumulation de plaque de cholestérol sur les parois des vaisseaux sanguins. C’est dire que les patients diabétiques sont particulièrement menacés par les maladies cardiaques.  

Trois dangers qui menacent les diabétiques 

On note trois risques importants et potentiellement dangereux associés au diabète: l’hypoglycémie: survient lorsque le taux de sucre est trop faible : elle s’accompagne de maux de tête, confusion, agressivité, ou perte de conscience. l’hyperglycémie : survient lorsque le taux de sucre sanguin est trop élevé. Les symptômes bénins de l’hypoglycémie sont les mictions fréquentes, l’augmentation de l’appétit, la soif, la vision brouillée, les étourdissements. L’hyperglycémie est parfois asymptomatique. Les symptômes graves de l’hyperglycémie sont la perte d’appétit, les crampes, les nausées, les vomissements, la déshydratation, la fatigue, le souffle court et le coma. Les blessures et les plaies s’infectent rapidement chez les personnes souffrant de diabète.

Que faire ?  

Utilisez un complément alimentaire : vitamine B6 (chou, gombo, oignon, navet, petit pois), vitamine C et E, magnésium, manganèse, phosphore, zinc, les acides gras de type oméga3 et oméga 6. L’ail de même que le concombre diminue le sucre. la décoction des feuilles de laurier aide l’organisme à utiliser plus efficacement l’insuline.

 Prendre 3 citrons et les couper en 4 morceaux + 3 tiges avec feuilles de Cymbopogon Citratus Citronnelle (bien nettoyer), faire une décoction dans 2litres d’eau durant 15 minutes, filtrer, et boire 1/4 litre, 3X / jour durant 1 semaine

 

4 votes. Moyenne 3.25 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×