CARICA PAPAYA

Carica papaya

Français : Papaye ;  Bambara: Papiu ;  Wolof : papayé, papayo  


Caractères botaniques remarquables: Petit arbre de 4 – 6(-10) m de haut, au port caractéristique, avec les feuilles regroupées en couronne au sommet. Tronc grisâtre, droit, parfois ramifié, souvent renflé à la base, portant les cicatrices des feuilles, fibreux et plus ou moins mou. L’intérieur du tronc est ceux ou occupé par une moelle blanche. Latex: Toutes les parties de la plante contiennent un latex blanc. Feuilles alternes, longuement pétiolées, palmatilobées, à 5 – 7 lobes plus ou moins profondément échancrés, de 30 – 50 cm de long et de large. Nervation à 5 – 7 nervures primaires palmées, les secondaires étant pennées. Pétiole: Creux, jusqu’à 1 m de long. Inflorescence: Arbre dioïque, mais il existe des formes où les fleurs mâles et femelles sont mélangées sur le même pied (fruits pendant aux branches de la panicule). Inflorescence: Mâles panicules lâches à l’aisselle des feuilles, de 30 – 60 cm de long. Fleurs mâles tubulaires, à 5 lobes, jaunâtres. Leurs fleurs mâles et femelles se trouvent généralement sur deux arbres différents, mais on rencontre des spécimens sur lesquels mâles et femelles peuvent se trouver sur le même individu. Fleurs femelles isolées à l’aisselle des feuilles, subsessile, tubulaires à 5 lobes, jaunâtres, d’environ 5 cm de long. Fruit(s): Baie charnue, presque globuleuse, ovoïde ou plus ou moins pyriforme, plus ou moins anguleuse, de taille très variable. Intérieur contenant une pulpe jaune à rouge, à centre creux dont la paroi est tapissée de nombreuses graines noires.


Répartition et Habitat: Espèce fruitière exigeante en eau. Plantée dans les jardins maraîchers ou à proximité des puits. L’arbre est originaire d’Amérique tropicale et introduit depuis fort longtemps en Afrique, du Sénégal au Cameroun, Afrique tropicale.

Le latex frais et réputé comme vermifuge, les graines aussi, mais elle seraient moins actives que le suc du fruit vert.
La décoction aqueuse de racines ou une macération dans le vin de palme servirait de traitement contre la dysenterie et la blennorragie.


Pharmacopée traditionnelle: L’association des racines et des feuilles est utilisée pour traiter la gonococcie chronique. L’écorce et les Feuilles constituent de bons  Antidotes pour les poisons et de la rage. Les feuilles sont employées contre les céphalées, l’asthme, les  rhumatismes, l’hernie, et les affections urinaires. Les jeunes feuilles sont abortives. L’association des feuilles, des fleurs et des fruits est employée pour traiter la fièvre jaune. Les fleurs mâles traitent la draconculose et son association avec le latex du fruit traite  l’ictère de la rate, la diphtérie, les calculs rénaux et troubles urinaires.
En usages alimentaires et culinaires les feuilles sont consommées comme des épinards et pour attendrir les viandes, clarifier les bières et fabriquer du chewing-gum.

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×