Les vertus des Fruits

SE SOIGNER PAR LES FRUITS

 

Ananas comosus L. (Ananas)

ananas-comosus-victoria-p1190421.jpg

L’ananas est une plante herbacée de la famille des Bromeliaceae. Il s’agit d’une des rares représentantes de cette famille botanique à être terrestre, les autres espèces étant généralement épiphytes. C’est une plante pluriannuelle disposée en rosette, qui mesure de 50 à 150 centimètres de haut et dont la tige est souterraine. Le fruit est syncarpique, c’est-à-dire qu’il résulte de la soudure entre l’axe charnu de l’inflorescence, des bractées et des fruits élémentaires (Appelées baies). Les variétés sauvages contiennent encore des graines, tandis que les formes cultivées sont parthénocarpiques. Le fruit peut mesurer 15 à 40 cm de hauteur, selon la variété, et 10 cm à l’état sauvage. Il peut peser jusqu’à 4 kilogrammes pour les variétés les plus imposantes. Il existe de nombreuses variétés d’ananas qui se distinguent essentiellement par la taille du fruit et sa saveur.

Origine géographique et historique.

L’ananas proviendrait d’Amérique du Sud, et en particulier probablement des hauts plateaux du Mato-Grosso, qui s’étendent entre le sud du Brésil, le Paraguay et le Nord de l’Argentine.

Intérêts nutritifs et gastronomiques

L’ananas peut être considéré comme un véritable fruit de santé. En effet il est à la fois riche en vitamines en 16 minéraux, mais aussi en enzymes qui aident à la digestion.Teneur du fruit, pour environ 150 grammes (soit une tranche d’ananas sans écorce) :

 Nutriments et composants

Calories 77 kcals

Eau 135 g

Protides 0.6 g

Lipides 0.66 g

Glucides 19.21 g

 Vitamines

Provitamine A 4 RE (équivalent rétinol)

Vitamine C 23.9 mg

Vitamine B1 0.143 mg

Vitamine B2 0.056 mg

Vitamine B3 0.651 mg

 Minéraux

Potassium 175 mg

Calcium 11 mg

Fer 0.57 mg

Magnésium 21 mg

Sodium 1 mg

 De même, l’ananas contient des enzymes protéolytiques appelées bromélines ou bromélaïnes et qui sont contenues dans la tige mais absentes dans la pulpe.On retrouve par ailleurs des arômes fugaces tels que la vanilline, le méthanol, l’éthanol ou l’éthylacétate en fonction du degré de maturité du fruit.L’ananas frais, du fait de sa teneur élevée en potassium, comme c’est le cas pour beaucoup d’autres fruits, est indiqué chez les personnes soufrant D’hypokaliémie. L’ananas frais est apprécié en jus, en cocktail de fruits, en gâteux, en confitures, ainsi qu’en sorbets, très rafraîchissants.

 

Usages traditionnels

Le jus d’ananas bouillis auquel on ajoute quelques morceaux d’ananas est absorbé à jeun pendant 8 jour comme abortif

Les enzymes de la plante sont utilisés en cas d’inflammation

L’ananas est utilisé dans les troubles menstruels

Manger des tranches d’ananas après les repas trop riches pour une meilleure digestion.

Mise en garde et toxicité.

L'ananas peut entraîner quelques effets secondaires indésirables tels que des gastralgies, des diarrhées ou des réactions allergiques Plus banalement, la consommation du fruit frais peut provoquer des aphtes A cause de sa richesse en sucre, l’ananas doit être consommé modérément dans les régimes hypoglycémiques. Le jus d’ananas est, après le jus de raisin, le plus sucré de tous les jus de fruits.L’utilisation du jeune fruit en fleur pouvant, à fortes doses, avoir des propriétés abortives, il est à déconseiller aux femmes enceintes


Anonna muricata L. (Corossol)

corossol.jpg 

Description botanique.

Le corossolier est un arbuste ou petit arbre de 4 à 8 mètres de haut, touffu, aux branches glabres, gracieusement recourbées, de la famille des Annonaceae.Son fruit est syncarpique, très gros, ovoïde ou irrégulièrement cordiforme, de couleur vert jaunâtre, à surface aréolée et couverte de petites épines souples.Il peut mesurer entre 15 et 20 cm de diamètre et peser jusqu’à 3 kg. Sa pulpe est blanche, acidulée, pâteuse et sirupeuse. On trouve de nombreuses graines noires ou brun foncé, ovoïdes, aplaties, brillantes, de 1.5 sur 1 cm.

Origine géographique.

Cet arbre est originaire d’Amérique tropicale. Selon certains, il proviendrait du Venezuela, de Colombie, du Brésil ou des Antilles.

Intérêts nutritifs et gastronomiques.

Ce fruit est apprécié par sa saveur douceâtre et mucilagineuse. Son goût rappelle la saveur de la fraise, de l’ananas, avec une pointe de cannelle. On le consomme tel quel, quand le fruit est bien mûr, en retirant l’épicarpe qui a un goût prononcé de térébenthine, ou on en fait des jus rafraîchissants, sorbets ou confitures.D’un point de vue nutritif, le corossol apporte de nombreux minéraux et vitamines (Cf. valeur nutritive ci-après)

Valeur nutritive pour 100 g de fruit :

Nutriments et composants

Calories 66 Kcal

Eau 81.16 g

Protéines 1 g

Lipides 0.3 g

Glucides 16.84 g (dont 15 à 20% de sucres)

Vitamines

Provitamine A 2 UI

Vitamine C 20.6 mg

Vitamine B1 0.07 mg

Vitamine B2 0.05 mg

Vitamine B3 0.9 mg

Vitamine B5 0.253 mg

Vitamine B6 0.059 mg

Minéraux

Potassium 278 mg

Phosphore 27 mg

Magnesium 21 mg

Calcium 14 mg

Sodium 14 mg

Cuivre 0.6 mg

 

Usages traditionnels

L’infusion des feuilles de corossolier favorise la digestion. 1 verre après les repas

Contre les insomnies, utiliser une infusion sucrée de 3 à 6 feuilles de corossolier pour une tasse d’eau.

Pour calmer les enfants trop agités lavez-les avec une décoction à part égale de feuilles fraîches et de feuilles tombées au sol

Contre l’irritation des intestins, un petit corossol vert coupé en deux est mis à macérer pendant une heure dans 1 ou 2 litres d’eau. Boire un verre après chaque repas

La macération des feuilles de corossolier dans l’eau tiède est utilisée en cataplasme pour soulager les brûlures, de type d’érythème solaire.

L’huile, obtenue en pressant des corossols verts et les feuilles, est utilisée en frictions contre les névralgies et les rhumatismes, ainsi que pour combattre les parasites.

Contre les diarrhées utiliser en  infusions trois feuilles de corossolier dans un verre d’eau pour un adulte et d’un tiers de feuille pour un enfant

Pour traiter les abcès, utiliser les feuilles chauffées de corossolier avec de la cire de bougie

Pour traiter les dermatoses sèches prurigineuses des enfants froisser des feuilles de corossolier dans un bain tiède et laver l’enfant

La macération de corossol vert dans de l’eau de mer est à appliquer en cas de rhumatisme.

Mise en garde et toxicité.

La présence d’acétogénines et de certains alcaloïdes, suspectés de neurotoxicité, invite à la prudence quant à un usage régulier et répété par voie interne. Il est aussi recommandé de l’éviter chez la femme enceinte ou allaitante, par principe de précaution

 

 

 

Capsicum frutescens L. (Piment)

piments.jpg 

Description botanique.

Il existe deux grands types de piments :

− Les piments annuels, nommés Capsicum annuum L.,

− Les piments vivaces ou arbustifs, qui peuvent durer 2 ou 3 ans, nommés Capsicum frutescens L, c’est ceux-ci que nous étudierons ici.

Il s’agit d’un arbuste glabre, pouvant mesurer 1 à 3 mètres de haut, à feuilles ovées, obtus-acuminées, glabres, pouvant atteindre 9 cm. Les fleurs sont solitaires, ou se présentent par paires, ont des pédicelles dressés, une corolle de 1 cm de diamètre, un calice sans dent, une corolle blanc-verdâtre sans marque. Les fruits sont des baies allongées coniques, de petite taille, jaune orangé devenant rouge à maturité. Elles mesurent une dizaine de centimètres de long.

Dénominations diverses.

On le nomme « piment de Cayenne », « petit piment » ou « piment des oiseaux », en français, « ti-piment » ou « piment caraïbe », « piment oiseau »,« Piment zozio », « piment grive », « piment enragé » ou « piment plomb », en créole. Chez les anglophones, il prend le nom de « green Pepper », « bird pepper », «chili pepper » ou « red pepper »

Origine géographique.

Capsicum frutescens L. est originaire d’Amérique tropicale.On le trouve généralement cultivé autour des habitations et subspontané. Il est très répandu dans les 4 coins du monde et il est utilisé largement en cuisine

Intérêts nutritifs et gastronomiques

Il est utilisé à la fois comme épice, comme condiment et comme légume

 

Valeur nutritive pour 100 g de fruit :

Calories 318 Cals

Eau 8 g

Protéines 12 g

Glucides 55.6 g

Lipides 17.3 g

Fibres 24.9 mg

Cendres 6 g

Calcium 148 mg

Phosphore 293 mg

Fer 7.8 mg

Sodium 30 mg

Potassium 293 mg

Carotene 24966 μg

Vitamine B1 0.33 mg

Vitamine B2 0.92 mg

Vitamine B3 8.7 mg

Vitamine C 76 mg

Stimulant la digestion en brûlant la langue, il fait saliver abondamment ce qui excite l’appétit tout en relevant l’insipidité de certains mets. Il est très utilisé dans la gastronomie caribéenne et Africaine. C’est l’épice la plus répandue dans la cuisine traditionnelle Africaine

 

Usages traditionnels

Les feuilles de piment sont appliquées en cataplasme pour traiter les furoncles.

Pour accélérer la cicatrisation appliquer une décoction salée de feuilles de piment en cataplasmes.

Pour traiter l’anxiété des enfants utiliser la décoction des feuilles de piment en association avec les tiges feuillées de BASILIC per os

Infuser 3 piments rouges dans un demi-litre d’eau bouillante. On retire les piments et on utilise la préparation en gargarismes 3 ou 4 fois par jour lors de laryngite ou de maux de gorge

Mise en garde et toxicité.

La consommation des fruits peut provoquer une irritation gastrique légère voire un ulcère à fortes doses. On la déconseillera bien sûr aux patients ulcéreux. On peut aussi observer une action émétique et purgative en cas d’ingestion massive. D’autre part, l’application en externe peut provoquer une sensation de brûlure locale L'effet aigu de la stimulation des voies aériennes par la capsaïcine est la toux réflexe. Des manifestations asthmatiformes sont possibles à la suite d'inhalations répétées de capsaïcine L’espèce Capsicum inhibe le système des enzymes microsomales au niveau hépatique. Il faut donc être vigilant en cas de prise de médicaments du groupe de barbituriques particulièrement, car il y a un risque d’intoxication par surdosage

 

 

Carica papaya L. (Papaye)

3-papaye-senegal2.jpg 

Description botanique.

Le papayer est un petit arbre de la famille des Caricaceae mesurant entre 3 et 7 mètres de hauteur. Son tronc peut mesurer jusqu’à 20 cm de diamètre et ressemble à celui d’un palmier. Il présente des cicatrices des feuilles des années précédentes.Le papayer est une plante dioïque : les fleurs mâles sont groupées à l’aisselle des feuilles tandis que les fleurs femelles sont sur le tronc. Les fruits sont de grosses baies arrondies orangées, mesurant entre 20 et 30 cm de diamètre et pesant entre un et sept kilogrammes. L’intérieur des fruits comporte une cavité centrale remplie de petites graines noires entourée d’un arille mucilagineux.Les feuilles et le péricarpe du fruit contiennent de nombreux lactifères. On récolte le latex par scarification du péricarpe du fruit bien développé mais encore vert et laissé sur l’arbre.

Dénominations diverses.

Le papayer est appelé aussi « arbre à melon » en français, car la fraîcheur de la papaye rappela aux colons la saveur du melon. Chez les anglophones, on le désigne sous le nom de « papaya »

Origine géographique.

On pense que le papayer proviendrait d’Amérique centrale probablement du Mexique

Intérêts nutritifs et gastronomiques

En fonction du degré de maturité du fruit, on le consomme de différentes manières. Lorsque il est encore vert, on l’utilise comme un légume et on le déguste cru ou en hors d’œuvre, bouilli, frit ou farci. Le fruit mûr, quant à lui, est consommé sous forme de compote ou de confiture

 

Valeur nutritive pour 100 g de papaye crue :

Calories 40 Kcal

Protéines 0.6 g

Glucides 10 g

Lipides 0.1 g

Fibres 1.7 g

Calcium 24 mg

Fer 0.1 mg

Sodium 30 mg

Potassium 257 mg

Vitamine A 2015 UI

Vitamine B1 0.03 mg

Vitamine B2 0.03 mg

Vitamine B3 0.5 EN

Vitamine C 62 mg

On utilise les feuilles broyées pour attendrir la viande La teneur en vitamine C augmente avec la maturation du fruit. En effet, une papaye encore verte contient de la vitamine C dans une proportion de 30 à 40 % inférieure à la papaye mûre. On peut par ailleurs noter qu’une tranche de papaye mûre, de 25 à 30 grammes, apporte 21% des apports journaliers recommandés en vitamine A, pour un enfant âgé entre 1 et 10 ans, et 178 % des AJR en vitamine C.

 

Usages traditionnels

On utilise une décoction de feuilles vertes de papayer, pour moitié et de feuilles fanées pour l’autre moitié, lors des accouchements. On fait boire à la parturiente 2 à 3 cuillérées de cette décoction puis on lave le ventre avec le reste avant la survenue des contractions. Le but étant de faciliter l’accouchement et de diminuer les douleurs de la femme.

Le latex du papayer, en application locale soigne les maux de dents.

On utilise des papayes écrasées en application contre les furoncles.

Pour faciliter la digestion consommez une papaye verte crue.

Pour traiter les affections respiratoires, on laisse infuser 10 minutes une poignée de fleurs fraîches de papayer mâle dans un demi litre d’eau. Il est recommandé de consommer 3 tasses de cette infusion par jour.

Contre les crises de drépanocytose. On fait macérer une papaye verte dans de l’eau. On fait boire l’eau de cette macération au malade en crise 3 fois par jour

Les écorces des racines de papayer sont utilisées en tisanes comme aphrodisiaques

Ecraser des graines fraiches en purée et consommer une cuillérée à jeun le matin contre les vers intestinaux

Mise en garde et toxicité.

Du fait de la présence de papaïne, enzyme protéolytique, l’utilisation du papayer est contre indiqué si il existe des troubles de la coagulation, car il y a augmentation du risque hémorragique, il est aussi contre indiqué pendant la grossesse du fait des effets embryotoxiques et tératogènesLa carpaïne, elle, est susceptible de provoquer, à fortes doses paralysies et dépression cardiaque.


Citrus aurantifolia  (citron vert)

 med-lime-mexicaine-citron-punch-visoflora-22984.jpg

 

Description botanique

Le citronnier est un petit arbre de 5 à 10 mètres de haut, à tronc très ramifié en branches épineuses. Il appartient à la famille botanique des Rutaceae. Les fruits sont ovales ou subglobuleux, mesurant 4 à 6 cm de diamètre, avec une écorce mince, adhérente, verdâtre. Ils renferment 9 à 12 locules, la pulpe est plutôt verdâtre.

Origine géographique

Citrus aurantifolia est une plante originaire d’Asie. En particulier d’Asie du Sud-est, d’Asie méridionale ou d’Inde On le rencontre surtout dans les jardins cultivés. En effet, ont utilise beaucoup les citrons verts dans la cuisine traditionnelle et il est toujours très pratique d’en avoir à disposition

Intérêts nutritifs et gastronomiques

Le citron vert est beaucoup utilisé en cuisine dans plusieurs pays. Il permet d’acidifier de nombreux plats, à base de poisson, volailles, etc.… On l’utilise également pour la préparation de boissons Comme tous les fruits de la famille des Rutaceae, le citron vert est riche en vitamine C.

 

Valeur nutritive pour 100 g de fruit de Citrus aurantifolia

Calories 44 Kcal

Eau 87.5 g

Protéines 0.7 g

Glucides 11.2 g

Lipides 0.1 g

Fibres 2 g

Cendres 0.5 g

Calcium 42 mg

Phosphore 20 mg

Fer 0.4 mg

Sodium 2 mg

Potassium 82 mg

Carotène 70 mg

Vitamine B1 0.07 mg

Vitamine B2 0.03 mg

Vitamine B3 0.3 mg

Vitamine A 43 mg

Par ailleurs, le citron vert est riche en vitamine P, présente surtout au niveau de l’écorce du fruit

 

 Usages traditionnels

Contre les laryngites et autres maux de gorge, on effectue des gargarismes plusieurs fois par jour avec le jus d’un citron dilué dans une cuiller à soupe d’eau tiède et une cuiller à café de miel.

Les pieds sensibles sont vite soulagés si on les frotte, matin et soir, avec du jus de citron frais.

Préparer une infusion avec 4 à 5 feuilles de citronnier dans 1 verre d’eau  et boire pour traiter les rhumes, grippes ou autres coryza

Pour soulager les crevasses mammaires, utiliser une tranche du fruit chauffée au feu.

L’application en friction du jus d’un demi-citron vert dilué dans de l’eau permet de conserver une belle chevelure

Pour réduire les douleurs frontales écraser des feuilles de citronnier les mettre en macération puis appliquer

Pour soulager les piqûres de moustiques, de guêpes ou d’abeilles appliquer le jus de citron vert

Contre les vomissements spasmodiques on emploie une infusion d’écorce de citron vert

En cas de vomissements chez la femme enceinte, on utilise le jus de citron frais

Pour traiter les boutons, rougeurs d’une peau grasse et les rides, on applique le jus de quelques citrons en compresses sur la peau et on laisse sécher à l’air libre

La macération de la pelure du fruit dans du vinaigre est appliquée localement contre certains types de verrues

Pour arrêter le saignement des gencives, frottez la partie atteinte d’un citron coupé en deux.

Pour désinfecter toutes sortes de plaies utiliser Le jus de citron

Pour soulager les aphtes et le muguet appliquez un mélange de jus de citron vert et de miel

On donne à boire à un enfant de 5 à 7 ans le mélange d’une cuiller à café de jus de citron et d’une cuiller à café d’huile de ricin le matin à jeun pour combattre les vers intestinaux.

Pour traiter les dermatoses sèches et prurigineuses, utiliser un coton imprégné du jus de citron et de miel en tamponnant  les lésions

Mise en garde et toxicité.

La manipulation du fruit peut entraîner une dermatite prurigineuse parfois vésiculeuse. L’exposition solaire aggrave les symptômes. En effet la présence de bergaptènes provoque une réaction de photosensibilisation.Chez les personnes particulièrement sensibles, l’ingestion du jus de fruit peut provoquer des brûlures gastriques



Cocos nucifera L. (Noix de coco)

9603263-noix-de-coco-verte-a-arbre.jpg 

 Description botanique.

Le cocotier est un arbre monoïque de 5 à 30 mètres de haut, appartenant à la famille botanique des Arecaceae.Son tronc est régulier et droit, généralement épaissi à la base. Ses feuilles sont groupées au sommet du stipe et forment des palmes atteignant 4 à 5 mètres. Les inflorescences jaunes naissent parmi les feuilles, portent à la fois des fleurs mâles et femelles et donnent naissance à de grosses drupes ovoïdes, obtuses au sommet, appelées cocos ou noix de coco. Ces fruits peuvent mesurer entre 18 et 30 centimètres de long et 12 à 25 centimètres de diamètre. Ils pèsent entre 0.5 et 2.5 kilogrammes et sont réunis en grappes de 10 à 15. L’épiderme est lisse, cireux, vert puis jaune orangé, le mésocarpe est fibreux, l’endocarpe « (appelé coque) est ligneux très dur et brun foncé. Enfin, la graine présente un albumen blanchâtre, brillant, de 1 à 2 centimètres d’épaisseur, qui fournit l’huile de coprah et l’eau de coco. Avant maturité, les noix sont presque totalement remplies d’un liquide aqueux, appelé eau de coco, dont le volume et la composition changent en fonction de la maturation. Quand la noix est tout à fait mûre, l’eau a presque entièrement disparu et s’est transformée en albumen blanc

Dénominations diverses.

En Français on nomme le cocotier « coco » En Anglais, on lui donne le nom de « coconut », « coconut Palm », « coconut tree » Le nom de cocotier dérive de « cocoyer » et « coquier », du portugais « Coquoeiro » désignant ce palmier

Origine géographique.

Le cocotier provient du Pacifique et probablement du Sud de l’Asie. Ses graines, qui peuvent germer après un séjour de plusieurs mois en mer, lui ont permis de coloniser toute la zone pantropicale On trouve des cocotiers sur les côtes, à l’état sauvage mais également cultivé dans certains jardins particuliers.

Intérêts nutritifs et gastronomiques

Comme nous venons de le voir précédemment dans la rubrique botanique, la composition de la noix de coco varie au cours de sa maturation et l’on distingue l’eau de coco de la chair.L’eau de coco est claire, odorante et acide. Elle sert de boisson rafraîchissante et entre dans la composition de certaines sauces. Le lait de coco, obtenu en pressant la chair de noix de coco, est utilisé dans la confection de certains mets ou sauces  La chair, quant à elle, se consomme crue, râpée ou rôtie, transformée en confitures, confiseries ou gâteaux

 

Composition de l’eau de coco, pour 100 g :

Calories 80 Kcal

Protéines 0.7 g

Glucides 3.7 g

Lipides 0.2 g

Fibres 0.2 g

 

Composition du lait de coco, pour 100 g :

Calories 230 Kcal

Protéines 2.3 g

Glucides 5.5 g

Lipides 23.8 g

 

Composition de 100 g de fruit immature :

Calories 77 Kcal

Eau 84 g

Protéines 1.4 g

Glucides 10.3 g

Lipides 3.6 g

Fibres 0.4 g

Cendres 0.7 g

Calcium 42 mg

Phosphore 56 mg

Fer 1 mg

Sodium 51 mg

Potassium 257 mg

Vitamine B1 0.04 mg

Vitamine B2 0.03 mg

Vitamine B3 0.8 mg

Vitamine C 6 mg

 

Composition de la pulpe de noix sèche, pour 100 g :

Calories 548 Kcal

Protéines 3 g

Glucides 53 g

Lipides 38 g

Fibres 2.2 g

 

Usages  traditionnels

Pour traiter les furoncles et les brûlures appliquer localement de l’huile de coco.

Pour traiter les affections respiratoires boire 2 cuillères à soupe d’eau de coco trois fois par jour.

Pour faire pousser les cheveux appliquer localement de l’huile de coco.

L’huile obtenue à partir du fruit est utilisée en friction de la poitrine en cas de grippe

Pour traiter la blennorragie on réalise une décoction de racines de cocotier associées à celles du goyavier et on boit 1 verre 2 fois par jour

Mise en garde et toxicité

Le coprah de la plante possède des propriétés hyper cholestéro lémiantes, son usage est donc à limiter chez les personnes souffrant déjà d’hypercholestérolémie.


Mangifera indica L. (Mangue)

mangue.jpg 

Description botanique.

Le manguier est un arbre de 10 à 30 mètres de haut, appartenant à la famille botanique des Anacardiaceae à croissance rapide. Son tronc peut mesurer jusqu’à un mètre de diamètre et possède une écorce résineuse. Il a des branches étalées, au feuillage luisant. Ses fleurs sont vert blanchâtre ou jaunâtre, odorantes. Ses fruits sont des drupes, de 6 à 18 cm de long et pesant entre 300g et 2 kg. On peut en faire une à deux récoltes par an, généralement fructueuse, surtout si le sol a été correctement drainé. Selon les variétés, ces fruits sont de forme, de taille et de couleurs très différentes. Il existe, de par le monde, une centaine de variétés de mangues.On distingue donc les mangots, qui sont des variétés sauvages, de petite taille, à peau verte, très fibreux et de goût médiocre.On peut également trouver des mangotines, de qualité plus fine que les mangots.Et enfin les mangues, proprement dites, qui sont des variétés améliorées, à chair dépourvue de fibres et de grande taille.

Dénominations diverses.

Dans les pays francophones, on parle de « manguier »Dans les pays anglophones, on le nomme « Mango ».

Origine géographique.

 Le manguier serait originaire d’Asie méridionale et plus précisément de la région indo-Malaisienne. Il a été introduit en Amérique en 1782 par une frégate française, qui transportait des pieds de manguiers originaires de l’île de la Réunion et destinés à être plantés à Saint-Domingue. La frégate fut capturée par les anglais et les pieds furent débarqués à la Jamaïque, où ils formèrent une forêt épaisse. De nos jours, le manguier se retrouve dans l’ensemble des pays tropicaux, sous forme cultivée

 Intérêts nutritifs et gastronomiques

La mangue est un fruit très consommé à travers le monde, car il est goûteux et facile à se procure On consomme ce fruit soit cru, quand il est bien mûr, en dessert, salade de fruit, en confiture, sous forme de jus, de sorbet. Les fruits encore verts sont utilisés dans la cuisine pour accompagner certains plats ou confit dans du vinaigre. Les mangos sauvages et les mangues cultivées n’ont pas du tout la même chair, ni la même saveur et ont donc des usages différents. Les premiers sont plus fibreux et ont une chair acide autour d’un gros noyau. On les utilise plus volontiers sous forme cuite.Tandis que les mangues cultivées ont une pulpe plus juteuse et savoureuse, à goût moins prononcé de térébenthine.

 

Composition moyenne pour 100 grammes de pulpe de fruit :

 Calories 62.5 kcal

Eau 83.5 g

Protéines 0.5 g

Glucides 17 g

Lipides 0.3 g

Fibres 1 g

Calcium 9 mg

Phosphore 11 g

Fer 0.4 mg

Vitamine C 100 mg

Vitamine A (carotène) 1.2 mg

Vitamine B1 0.045 mg

Vitamine B2 0.06 mg

Vitamine B3 0.05 mg

 De par sa teneur en vitamine C, la mangue est un bon antioxydant et antiscorbutique.

Usages  traditionnels

Pour lutter contre la diarrhée et les spasmes, préparer une décoction avec 30 gramme de feuilles de manguier pour 1 litre d’eau. Et Boire (Une seule tasse suffit à soulager les symptômes.)

En cas de maladies exanthématiques, cutanées, scorbutiques, syphilitiques et herpétiques. On prépare une lotion à partir de feuille fraîche de manguier  écrasée que l’on applique sur les lésions.

Contre les ictères. Faire une décoction avec 25 feuilles dans un verre d’eau, et boire une tasse matin et soir, pour un adulte et une demie tasse matin et soir pour un enfant

Les jeunes feuilles de manguier sont pilées et transformées en emplâtre pour soulager la bourbouille des nourrissons et autres éruptions cutanées.

Se laver avec une décoction d’écorces de manguier  pour se protéger des piqures des moustiques.

Mise en garde et toxicité.

Le risque principal concernant le manguier est celui de la survenue d’accidents allergiques. En raison de la présence de substances résineuses dans le péricarpe et le suc du fruit vert, il peut survenir une réaction allergique allant de l’éruption cutanée à l’œdème. On recommande donc de bien éplucher la mangue avec un couteau et d’utiliser un autre couteau pour couper le fruit, afin d’éviter toute contamination de la chair par la résine. D’autre part, le manguier peut provoquer des troubles allergiques lors de la floraison, qui a lieu entre janvier et février. L’inflorescence disperse dans l’atmosphère des pollens qui affectent la respiration, mais qui peuvent aussi provoquer un œdème des paupières, une brûlure de la face et une éruption cutanée, chez les personnes sensibles.

 

 

Musa paradisiaca L. (Banane plantain)

banane-plantain-01.jpg 

Description botanique.

La banane plantain est une grande herbe, de la famille botanique des Musaceae, du groupe des Monocotylédones. Un bananier peut mesurer entre 6 et 10 mètres à l’âge adulte, il porte des feuilles pétiolées, pouvant aller jusqu’à 2 mètres de long, les feuilles enveloppantes formant le pseudo tronc de la plante. Les inflorescences sont pendantes, mesurent environ 1.5 mètres, avec des bractées rougeâtres à brunes, les fleurs sont blanc jaunâtre. Les fruits sont des baies charnues, de 12 à 30 cm de long et de 4 à 5 cm de diamètre, cylindriques, légèrement incurvées, vertes même à maturité. L’ensemble des fruits forme un régime composé de plusieurs « mains » comptant entre 3 et 6 bananes. La fructification détermine la mort du tronc qui lui a donné naissance, mais la survivance se fait par des rejets à partir de bourgeons. Cette plante a un cycle annuel et il est recommandé de couper les régimes durant la récolte. Le climat idéal de culture est un climat tropical humide, justement celui régnant aux petites Antilles.

Il existe trois grands groupes de bananiers :

Musa sapientum L. ou « banane figuier »,

Musa paradisiaca L. ou « banane plantain », bananier à tronc vert sans moucheture,

Musa sinensis L. ou « bananier de Chine »

Dénominations diverses.

Le nom de « banane » proviendrait du mot bantou « banana » ou d’un nom arabe désignant le doigt.

Le nom scientifique de Musa paradisiaca L. fait référence à la légende

Hindou qui dit qu’Eve aurait tendu une banane à Adam, il est donc un fruit du paradis pour eux.

Dans les pays francophones, on le nomme « banane plantain » « banane poteau» ou bien encore « banane-farine », en référence à son utilisation alimentaire.

Dans les pays anglophones, on l’appelle « Plantain », « banana tree », ou tout simplement « banan ».

Dans les pays hispanophones, on lui donne le nom de « banana ».

Origine géographique.

La banane plantain est originaire du Sud-est asiatique et particulièrement du Nord-est de l’Inde à l’extrême Nord de l’Australie. A l’origine, les bananiers sauvages présentaient des graines et leurs fruits mesuraient entre 6 et 8 cm. On a retrouvé des traces fossiles de bananiers datant de l’ère tertiaire, sur le continent indien

Intérêts nutritifs et gastronomiques

La banane plantain se consomme cuite, bouillie, en compote ou frite. On l’utilise dans les gastronomies locales, en plats salés ou sucrés, quelle soit mûre ou immature. Le fruit étant astringent, il n’est pas comestible lorsqu’il est encore cru. Afin d’éviter toute fermentation intestinale, le fruit doit être mâché soigneusement. Assez pauvre en cellulose, la banane plantain n’est pas recommandée aux personnes constipées. Par contre, en raison de sa faible dose en protéines, elle est indiquée dans le régime des insuffisants rénaux. De même, du fait de son pouvoir nutritif, la banane plantain est recommandée dans le régime des personnes convalescentes ou anémiques, aux sportifs avant et après l’effort, ainsi qu’aux enfants, car favorise le développement osseux. La banane contient en effet un fort taux de potassium (cf. composition moyenne ci-après), ainsi que du calcium et du fer

 

Composition moyenne pour 100 grammes de fruit :

Calories 72 kcals

Eau 79 g

Protéines 1.8 g

Glucides 18 g

Lipides 0.2 g

Fibres 0.2 g

Calcium 10 mg

Phosphore 24 mg

Fer 1.3 mg

Sodium 18 mg

Potassium 435 mg

Vitamine C 8 mg

Carotène 80 μg

Vitamine B1 0.03 mg

Vitamine B2 0.04 mg

Vitamine B3 0.6 mg

Cendres 0.8 mg


Usages traditionnels

En cas d’entérite préparer une infusion avec l’épicarpe du fruit et boire 1 verre chaque nuit

Pour retirer les tâches de nicotine ou d’encre des doigts, il suffit de frotter ceux-ci avec l’intérieur de pelure de banane.

Appliquer localement le plus tôt possible après le traumatisme un cataplasme à base de pulpe de fruit pour soulager les contusions

Pour les personnes déprimées préparer un reconstituant en écrasant une banane bien mûre mélangée à une cuillère à soupe de miel et une cuillère de crème fraîche. Cette préparation est à absorber tous les matins pendant huit jours

Pour soulager les maux de gorge faire des gargarismes avec la décoction de jeunes feuilles de bananier

Mise en garde et toxicité.

Aucun effet toxique n’a été rapporté pour le fruit de cette plante (11).Le fruit ainsi que la feuille sont utilisés dans la confection d’aliments consommés par l’homme. Il est toutefois recommandé aux diabétiques et malades du foie d’en limiter leur consommation

 

 

Persea Americana Mill. (Avocat)

avocado-fruit-extract.jpg 

Description botanique.

L’avocatier est un petit arbre de 2 à 5 mètre de haut, de la famille des Lauraceae, portant des rameaux courts, pubescents. Il s’agit d’un arbre protogyne, c’est-à-dire que le pistil des fleurs arrive à maturité avant les étamines, ce qui implique une fécondation croisée obligatoire, le transport du pollen étant assuré par les abeilles.Le fruit est une drupe piriforme, globuleuse à ovale, verte ou marron pourpré à maturité, mesurant entre 7 et 22 cm de long et 7 et 12 cm de diamètre. La pulpe est molle à maturité, de couleur jaune-verdâtre, et huileuse. La graine que renferme cette drupe est sphérique à ovoïde, de 4 à 7 cm de diamètre, à cotylédons charnus.La multiplication des espèces se fait par les graines et la reproduction, est réalisée grâce à des greffes. L’arbre fructifie à partir de 5 ans.

On distingue essentiellement trois variétés :

− La variété mexicaine appelée var. drymifolia, aux feuilles à odeur d’anis,

− La variété antillaise appelée var. americana, dont les fruits sont pauvres en graisse,

− La variété guatémaltèque appelée var. guatemalensis, aux fruits à maturité longue.

Dénominations diverses.

Dans les pays francophones, on le nomme « avocat » Dans les pays anglophones on lui donne le nom de « avocado », « avocado pear », « pear tree », ou « alligator tree » Dans les pays hispanophones, on l’appelle « aguacate », terme provenant du mot aztèque « ahua qualt », signifiant testicule (en référence à la forme du fruit).

Origine géographique.

L’avocatier proviendrait d’Amérique centrale, probablement du Mexique On a retrouvé des traces d’avocatier lors de fouilles datant de 8 000 ans avant notre ère. Mayas et Aztèques le consommaient déjà

Intérêts nutritifs et gastronomiques

Le père Labat décrivait son mode de consommation ainsi, au XVIIe siècle :« On peut le manger avec une cuillère, le goût qu’il a dans cet état approche assez celui d’une tourte de moelle de bœuf. Il y en a qui le mettent sur une assiette avec un peu d’eau de rose et de fleur d’oranger. Quand on le cueille avant qu’il soit tout à fait mûr, on le coupe par tranches et on le mange avec le poivre et le sel, comme des artichauts à la poivrade.De nos jours, il est encore consommé ainsi, mais il sert aussi souvent d’accompagnement des plats de riz, de viande en sauce.  Sa valeur alimentaire est comparable à celle de la banane, il est très facile à digérer. A poids égal, sa valeur énergétique est supérieure à celle de la viande. L’avocatier est comparé à une « vache végétale » et surnommé « arbre à beurre » du fait des nombreux lipides qu’il contient. Il s’agit surtout d’acides gras insaturés, bénéfiques au système cardiovasculaire. Son équilibre en nutriments le rend intéressant pour les enfants, les convalescents et pour les femmes enceintes. Il est également recommandé en cas de surmenage, de nervosité ou d’hypertension artérielle, en raison de son apport en potassium. (Cf. valeur nutritive ci-après)

Valeur nutritive pour 100 grammes de chair :

Calories 167 g

Eau 74 g

Protéines 2.1 g

Glucides 6.3 g

Lipides 16.4 g (dont 80 % d’acides gras insaturés)

Fibres 1.6 g

Cendres 1.2 g

Calcium 10 mg

Phosphore 42 mg

Fer 0.6 mg

Sodium 4 mg

Potassium 604 mg

Carotene 174 μg

Vitamine B1 0.11 mg

Vitamine B2 0.2 mg

Vitamine B3 1.6 mg

Vitamine C 14 mg

 

Usages  traditionnels

Contre la diarrhée, on prépare une infusion de 30 grammes de feuilles d’avocatier pour 1 litre d’eau et on boit 3 tasses par jour de cet infusé.

Afin de prévenir les troubles cardiaques, On prépare  une potion en râpant une graine d’avocat sur laquelle on verse un verre d’eau bouillante. Puis on fait bouillir une seconde fois et l’on fait infuser le marc restant pendant 5 minutes. Il est recommandé de consommer une tasse de cette préparation en cas de malaise.

Contre les ascaris, on préconise la macération de 8 à 10 grammes de pelure fraîche d’avocat dans un grand verre d’eau sucrée, à prendre le matin à jeun.

Pour soulager les rhumatismes articulaires On utilise l’extrait fluide de graines d’avocat.

Pour soigner les peaux sèches, les cheveux fatigués ou à pellicules, on utilise l’huile d’avocat

Contre les furoncles et les panaris, Appliquer la pulpe de l’avocat.

 Mise en garde et toxicité.

Du fait de l’activité de stimulation utérine, l’usage des extraits de fruit ou de feuille d’avocat, par voie générale, est contre indiqué chez les femmes enceintes. On a également constaté sur brebis allaitantes nourries avec de grosses quantités de feuilles d’avocatier une détérioration des glandes mammaires ainsi qu’une diminution de leur production de lait. L’usage des extraits de feuilles sera donc déconseillé aux femmes allaitantes, par mesure de précaution.

 

 

Psidium guajava L. (Goyave)

 goyaves.jpg

Description botanique.

Le goyavier est un petit arbre, buissonnant et toujours vert, de la famille botanique des Myrtaceae, mesurant entre 5 et 10 mètres de haut, de tronc pouvant mesurer jusqu’à 20 cm de diamètre. Les feuilles sont petites (entre 4 et 8 cm de long), oblongues, pubescentes, à nervures proéminentes sur la face inférieure. Les fleurs font moins de 2 cm et sont blanches. Les fruits sont des baies globuleuses, piriformes, ellipsoïdes ou ovoïdes, de 3 à 7 cm de diamètre. L’épicarpe est lisse, vert, jaunâtre à maturité. La pulpe est juteuse, crémeuse, odorante, blanche ou rose, selon les variétés, et renferme de nombreuses graines noires, très dures, de 3 à 5 mm de diamètre.

Il existe deux grands groupes de goyaves :

− Les goyaves pommes (variété pomifera), à chair blanchâtre ou rouge, les blanches étant les plus sucrées

− Les goyaves poires (variété pirifera), à peau jaune clair et à chair blanche ou jaune clair, sucrée, dont le parfum rappelle celui de la poire. Elles sont plus estimées comme fruits de desserts.

Dénominations diverses.

Dans les pays francophones on nomme cet arbre « goyavier » Dans les pays  anglophones, on lui donne le nom de « guava ».Dans les pays hispanophones, on l’appelle « quayaba ».

Origine géographique.

Le goyavier est originaire d’Amérique tropicale, et en particulier des régions comprises entre le Mexique et le Brésil. Il y est cultivé depuis 2000 ans.

Intérêts nutritifs et gastronomiques

La goyave est un ingrédient indispensable des pâtisseries et sucreries traditionnelles dans la plus part des Antilles. Les fruits ont une pulpe aromatique et une saveur très agréable, douce et musquée, recherchée. On réalise d’excellentes compotes, confitures et gelées, de succulents gâteaux, des sorbets et des jus très apprécié, à base de goyave. Le fruit est également consommé tel que, après l’avoir pelé. Le fruit contient plus de vitamine C que les agrumes et est riche en potassium et vitamine A

Valeur nutritive pour 100 grammes de fruit :

Calories 69 kcals

Eau 80.6 g

Protéines 1 g

Glucides 17.3 g

Lipides 0.4 g

Fibres 5.6 g

Calcium 15 mg

Phosphore 24 mg

Fer 0.7 mg

Sodium 4 mg

Potassium 291 mg

Vitamine C 132 mg

Carotène 75 μg

Vitamine B1 0.05 mg

Vitamine B2 0.04 mg

Vitamine B3 1.10 mg

Cendres 0.7 g

Valeur nutritive pour 100 grammes de feuilles sèches :

Eau 0 g

Protéines 11.7 g

Glucides 71.9 g

Lipides 8.7 g

Fibres 16.1 g

Cendres 7.7 g

Calcium 1340 mg

Phosphore 160 mg

 

Usages traditionnels

Contre la gastro-entérite, on prépare un sirop avec sept goyaves vertes et le même poids de sucre. Il faut boire ce sirop par petites cuillérées plusieurs fois par jour

Pour calmer les diarrhées, on utilise une infusion de 20 g de  jeunes feuilles de goyavier pour 1 litre d’eau.

Si les diarrhées sont fortes, on recourra à une décoction de l’écorce de goyavier (15 g par litre d’eau).Boire 1 tasse 3 fois par jour

Contre les coliques, on conseille de mâcher des bourgeons de goyavier très tendres et d’en avaler le jus.

La décoction des feuilles est utilisée en gargarisme contre les maux de gorge et l’enrouement

La décoction des feuilles est utilisée pour laver et désinfecter les plaies.

Contre les démangeaisons, on recommande de se baigner avec une décoction de feuilles de goyavier.

Pharmacognosie et justification scientifique des et autres propriétés.

La plante entière est riche en tanins ellagiques : la feuille en contient 9 à 10 %, l’écorce 12 à 30%, la racine 10 à 20 % (80). On retrouve aussi des flavonoïdes et d’autres substances antiseptiques tel que des phénols et une huile essentielle antibactérienne, dans les feuilles. L’action conjuguée de ces différents principes actifs est efficace pour contrer les épisodes diarrhéiques. De même, les différentes utilisations par voie externe sont également explicitées par la présence de ces principes actifs. Des études portant sur la médecine traditionnelle chinoise ont permis de prouver l’action positive du jus de goyave sur le diabète de type I. On a observé, en effet, un effet hypoglycémiant marqué du jus de fruit, administré à la dose de 1 g/kg par voie intra péritonéale chez des souris. Effet toutefois moins puissant et durable que pour la chlorpropamide et la metformine.On a montré une réduction significative de l’activité motrice de souris après administration per os d’un extrait éthanolique de feuilles de Psidium guajava L aux doses de 50, 100 et 300 mg/kg, et ce, pendant 90 minutes.

 Mise en garde et toxicité.

Pour tous les usages internes de parties autres que les fruits, il est préférable, par principe de précaution, de ne pas prolonger l’usage au-delà de 30 jours consécutifs et de ne pas l’employer chez les femmes enceintes ou qui allaitent, ni chez les enfants en bas âge.

 

La médecine traditionnelle paraît, il est vrai, toujours plus anodine et dénuée de risques ou d’effets secondaires, dans l’imaginaire populaire, ce qui peut être dangereux. C’est pourquoi chaque fiche présentée précédemment s’achève par des recommandations de prudence.De même, nous avons également constaté que ces fruits ont aussi un intérêt important d’un point de vue nutritionnel. Ils contiennent souvent des vitamines et oligoéléments indispensables à la santé humaine, permettant d’éviter ou de soulager certaines pathologies.

 

 

40 votes. Moyenne 3.30 sur 5.

Commentaires (4)

1. Amos 26/07/2016

Excellent

2. NYANGONE EBE bertille (site web) 30/10/2012

quel produit naturel africain pour booster l ovulation et la conception a 40ans

3. GUENOU 27/09/2012

Salut Je voudrais encore vous remercier après avoir lu et appris beaucoup de choses sur les vertus des plantes naturelles.

4. GUENOU 27/09/2012

Salut C est avec un vif plaisir que j écris ce message en vous encourageant de la lecture de vos idées sur les vertus des fruits .Merci et encore grand merci.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site