LA GUÉRISON PAR LE MIEL

 

 

La  GUERISON PAR LE MIEL 

 

 ou     

 

L'API - PHYTOTHERAPIE

 

Miel2

L'api-phytothérapie est reconnue actuellement comme médecine alternative ou complémentaire dans les domaines curatifs et préventifs de la santé. Ses applications sont nombreuses, notamment en médecine, chirurgie, homéopathie, médecine traditionnelle chinoise et ayurvédique, nutrition,  et  de plus en plus actuellement en medecine traditionnelle Africaine.

 

L’api-phytothérapie est une forme de médecine traditionnelle qui combine plantes médicinales et produits de l’abeille (miel, cire, pollen, gelée royale, propolis, venin, etc.)

 

Les produits de la ruche 

 

La ruche regorge de trésors : le miel et ses mille et une vertus est le plus connu de tous.
Mais grâce à nos amies les abeilles, il existe d’autres produits issus de la ruche et tout aussi bénéfiques pour nous autres êtres humains.


Parmi eux :

-  la propolis, une substance complexe, formée de 300 à 400 composés qui permettent de préserver la santé de la ruche… et la nôtre aussi par la même occasion !

- La gelée royale, produite par les abeilles nourricières qui sert à nourrir les larves qui donneront naissance aux jeunes abeilles et aux reines,

- Le pollen, qui est l’élément fécondant des végétaux et qui est récolté par les abeilles via leur brosse à pollen,

- La cire, produite par les glandes cirières des abeilles. C’est cette cire qui va servir à la construction des alvéoles qui forment les rayons de la ruche

- et bien d'autres...

Le miel

 

Source de sucre sain et doux, le miel est bon pour le corps autant que pour l’esprit. Véritable ravissement des papilles, qu’il soit toutes fleurs, d’acacia ou de lavande, le miel n’a presque que des vertus.

 

Les qualités naturelles du miel

 

Miel1Le miel est produit par les abeilles à partir du nectar des fleurs. Elles butinent, et transforment ce mélange d’eau et de sucre appelé miellat. Par l’intermédiaire des sécrétions salivaires de l’insecte, chargées d’enzymes naturelles, le miellat devient du miel. Une ruche peut produire annuellement 20 à 30 kg de miel. C’est un produit naturel, sans conservateur, sans additif qui peut se conserver très longtemps sans perdre de ses vertus ou de ses qualités gustatives.

Le miel, combiné à d’autres aliments, plantes ou seul, permet de lutter contre les grippes, les rhumes, mais permet également de prévenir les maladies cardiaques, de lutter contre le cholestérol, soulager les symptômes de l’arthrite mais aussi renforcer globalement le système immunitaire. Au-delà de ses qualités gustatives et nutritives, le miel n’est pas qu’un aliment. Appliqué en pâte sur les plaies il permet de soigner diverses blessures. Le miel a longtemps été utilisé, en temps de guerre pour accélérer la cicatrisation des plaies. Certains y voient un moyen de soulager des problèmes dermatologiques et divers autres maux. Le miel possède aussi des qualités diurétiques et laxatives. Il permet de rééquilibrer tout l’appareil digestif en nettoyant l’estomac et l’intestin.

 

 

Attention aux excès de miel

 

Si le miel est évidemment louable pour ses nombreuses qualités, il ne faut pas en abuser. Certes, son fort pouvoir sucrant n’est accompagné que d’un faible apport calorique mais les diabétiques doivent rester prudents. Son taux de glucose élevé exige une consommation raisonnable.

 

 Pour la majorité des recettes, le mode préparatoire des plantes est une concoction auquel on ajoute le miel.

La plupart des plantes utilisées dans les recettes ont des propriétés pharmacologiques individuelles analogues au miel de combinaison, mais pas toujours avec autant d’efficacité selon le cas. L’association viserait donc une meilleure efficacité du produit final via la synergie entre les différentes composantes du mélange. Ces mélanges, simples, efficaces, peu onéreux et sans effets secondaires méritent d’être mieux connus et intégrés dans la panoplie des thérapeutiques naturelles à usage courant.

Il serait important toutefois de se ravitailler en miel directement chez les apiculteurs, d’éviter une automédication prolongée en cas de maladie, et se diriger directement vers les structures de soins spécialisés si les symptômes persistent.

 

 

 

 

 

×